Nous avons rencontré la kinésiologue France l’Huillier qui reçoit adultes et enfants dans son cabinet situé au 190 rue Judaïque à Bordeaux. La kinésiologie est une médecine douce destinée à favoriser un état de bien-être physique, mental et social. Elle nous fait part de sa vision et sa démarche.

 Comment avez-vous découvert la kinésiologie et pourquoi en avoir fait votre métier ? 

Ma rencontre avec la Kinésiologie est un cheminement depuis l’enfance. Sans en prendre réellement conscience, j’avais en moi la volonté d’être soignante, et pourtant mes études m’ont amené vers le Marketing. Pourquoi ? Une petite voix que je n’ai probablement pas écoutée.

Les questionnements sont probablement ancrés en moi depuis toujours : le sens de la vie, l’équilibre corps-esprit, des relations interpersonnelles au sein d’un groupe, d’une organisation. Cependant, à l’issue de mes études, pendant 15 ans, j’ai navigué entre diverses missions, certes enthousiasmantes mais, toujours, le soufflé retombait.

En découvrant différentes pratiques bien-être, j’ai eu le sentiment que les réponses progressivement commençaient à arriver. En effet, l’Osthéopathie et la Sophrologie m’ont ouvert les portes de la médecine douce et de l’écoute de mon corps. Elles m’ont permis de me rencontrer et de comprendre que les maux physiques reflètent un corps émotionnel vaste et puissant.

Ensuite, avec la Kinésiologie j’ai pu répondre aux questions que je me posais depuis toutes ces années. En me redonnant mon potentiel de vie, l’accès aux clés de mon existence, de mes envies, de mes besoins, j’ai, également, défait les nœuds intérieurs qui m’empêchaient d’avancer. Epoustouflant !

Je vis aujourd’hui l’importance de l’acceptation de soi, des autres et des situations de vie. La capacité à identifier et accepter qui je suis et ce que je veux me remplit.

C’est l’histoire d’une reconversion et de la création de mon cabinet, après une formation à la Kinésiologie Plurielle et aux Elixirs Floraux (fleurs de Bach) avec Guillaume Martin et Antoine Saunier à l’école Orakle

 Pouvez-vous nous donner votre définition de la kinésiologie ? 

Développée au Etats-Unis dans les années 60 par un chiropracteur (Dr Goodhearth) qui observait que les processus intérieurs du corps et du système nerveux se reflètent dans l’état fonctionnel des muscles. La kinésiologie est selon moi une technique de thérapie brève de bien-être vouée à équilibrer un individu d’un point de vue émotionnel, psychique et physique en s’attachant à son bien-être global.

Partons du principe que notre corps est le réceptacle de notre histoire de vie, de nos émotions au sein du « corps émotionnel », nos réactions du quotidien sont fortement influencées par notre vécu et notre état d’âme.

Ainsi, la Kinésiologie est une pratique permettant de travailler sur le corps émotionnel, les équilibres énergétiques et physiques, en identifiant les émotions bloquées qui induisent des ressentis, des postures et des comportements négatifs, favorisant ainsi des schémas répétitifs limitants…

 Quelle est votre pratique de la kinésiologie dans votre cabinet ? 

En tant que Kinésiologue, par la manipulation du corps physique, j’identifie et je corrige les déséquilibres émotionnels de la personne que j’accompagne.

En rééquilibrant l’individu d’un point émotionnel et énergétique, je l’aide à se libérer de ses blocages et ainsi améliorer sa capacité à apprendre plus facilement, sans effort, de tout ce que la vie peut lui enseigner (que ce soit au niveau des apprentissages scolaires mais aussi des interactions sociales…) :

  • On recrée des schémas au niveau cérébral qui servent dans les apprentissages
  • On fait ainsi ressortir tout le potentiel caché dans le corps.

Une manière de résumer le bénéfice : être présent à chaque instant dans ce que l’on fait, faire en sorte que les vieux schémas du passé mal vécu n’interfèrent plus dans notre présent, afin que nous puissions construire un meilleur avenir pour nous, et que nous puissions à tout instant garder notre libre choix face aux diverses situations d’apprentissage et d’expériences qui se présentent.

C’est une technique douce, qui ne nécessite pas nécessairement de parler ou de réfléchir avec son mental. En effet, en tant que Kinésiologue, j’utilise le test musculaire pour connaitre le fonctionnement du patient, identifier et corriger les déséquilibres.

Au sein de mon cabinet dans un centre pluridisciplinaire (L’Atelier à l’écoute du corps) au 190 rue Judaïque, j’ambitionne de permettre aux individus qui viennent à moi, d’acquérir une lecture pleine de sens et de lumière de leurs expériences passées au profit d’un potentiel retrouvé.

 Exercez-vous uniquement sur les adultes ou bien également sur les enfants ? 

J’exerce aussi bien auprès de bébés, d’enfants et d’adolescents sur des problématiques propres à leur tranche d’âge (vie in-utero, naissance douloureuse, stressante ou traumatisante, attachement et séparation, sommeil, colère, comportement, sociabilisation, apprentissages, alimentation…) que d’adultes sur des sujets très variés (sommeil, vie professionnelle-vie personnelle, reconversion, parentalité, blocages limitants, peurs et stress, schémas répétitifs de manque de confiance en soi, indécision, alimentation, deuil, douleurs physiques persistantes …)

Une personne peut ressentir le besoin de consulter dès lors qu’il constate une récurrence de situations de blocages physiques, émotionnels ou dans lesquelles il n’est pas à l’aise, sans constater un mal-être profond.


Avec cette technique, l’individu n’a pas besoin d’avoir les mots, de comprendre ce qui se passe en lui, de verbaliser pour avancer sur son ressenti. Justement, on peut identifier des émotions et des blocages dès le plus jeune âge car le corps me l’indique. L’enfant verbalisant difficilement ou de manière très brève et flou, la Kinésiologie est une technique extra pour mettre en lumière le déséquilibre et le travailler.

 Comment se déroulent vos séances ? 

La 1ère séance dure 1h30 car elle comprend toujours et quel que soit l’âge et la problématique de l’individu :

  • Une 1ère partie d’échange sur ce qu’est la Kinésiologie, ce qui l’amène à consulter et je pose également des questions sur ses habitudes et son rythme de vie, son vécut (si il souhaite échanger dessus), ses maux chroniques, ses antécédents médicaux, sa relation avec les techniques de bien-être
  • Ensuite, la 2ème partie de séance est consacrée à un 1er niveau d’équilibration. L’idée étant de partir d’abord sur la libération de blocages (sabotages) ou d’un rééquilibrage énergétique pour favoriser la bonne circulation de l’énergie dans les différents méridiens. Encore une fois, la priorité d’action est indiquée par le corps de l’individu.
  • Pendant la séance, on identifie et on corrige dans la foulée
  • On est amené à donner des Fleurs de Bach, conçues pour traiter les émotions négatives (Dr Edward Bach (1886-1936)
  • Les problèmes sont identifiés et corrigés dans la foulée.

Il me tient à cœur d’expliquer la technique, ce que je fais, ce que je trouve afin que l’individu soit conscient de ce que l’on travaille ensemble. Ma manière de fonctionner m’est propre, évidemment, mais je trouve important que l’individu soit acteur de son évolution. Pendant la séance, les corrections peuvent passer par différentes techniques et l’individu peut être amené à faire des exercices physiques. J’aime bien les faire avec lui et expliquer le sens de chaque exercice.


Il y a ensuite tout un accompagnement entre les séances : j’envoie un compte-rendu au patient pour qu’il comprenne le travail fait et qu’il prenne conscience de son évolution au fil des séances.

 Combien faut-il de séances habituellement ? 

La pratique pour être efficace et pertinente dans le temps nécessite un suivi sur quelques séances.

Nous allons d’abord investiguer les problématiques d’un point de vue global, quel que soit l’objectif de la personne, pour ensuite travailler dans le spécifique.

Je ne peux pas prédire le nombre de séance mais il s’agit plutôt d’un suivi court sur 4, 5, 6 séances environ. Evidemment, cela dépend de la problématique et du vécut de l’individu qui vient me voir.

Si un suivi peut soulager quelqu’un qui est malade notamment d’un point de vue émotionnel, la Kinésiologie ne se substitue pas à un suivi et un traitement médical et ne prétend pas soigner des maladies graves.

Pour en savoir plus

> bordeaux-kinesiologue.fr
> Interview du Podcast Parentalités et Adolescence

 

Zù le guide

Laisser un commentaire sur La kinésiologie pour vous rééquilibrer - Découverte